9/02/2009

Mendier, mais à quel prix ?

L’article (ici) rapporte qu’un mendiant tunisien s’est fait volontairement couper la main afin d’apitoyer les âmes généreuses. Il prétend qu’être infirme, sur le marché ultra-concurrentiel de l’aumône, ça rapportait gros. Mais allez jusqu'à l’amputation pour gagner des sous c’est de la cupidité vorace et aveuglante.

Décidément, ce fléau ne cesse de s’aggraver. On les voit partout. Qu’ils soient au métro, à l’entrée des supermarchés ou devant les mosquées ils sont toujours à l’affût d’un généreux donateur qui sera embobiné par leurs slogans qui vous déchirent le cœur. Et spécialement pendant ce mois saint de ramadan qui est considéré comme la haute saison du menditisme.

Néanmoins, laissez-moi préciser qu’il ne s’agit que de vils imposteurs qui profiteraient de la bonté des autres au détriment des gens qui, eux, sont vraiment dans la nécessité. Hélas, ces derniers on ne les remarque plus car ils sont asphyxiés par cette horde de sangsues en proie d’argent facile et au moindre effort. Tout cela, laisse notre charitable donateur assez perplexe face à une telle situation et en se remémorant notre vieux adage populaire « arnab itkor âla halouf » il décide malheureusement de garde son argent dans son portefeuille et de mettre tout le monde dans le même sac.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire